279845868_511853833817776_7502685473508993572_n.jpg
279489047_384497993601118_5952229967084356136_n.jpg

Durée : 2h00

Texte : Dennis Kelly

Mise en scène : Claude Leprêtre

 

Avec : Marion Lambert, Valentine Catzéflis, Anthony Boullonnois, Marion Noone, Léon Bertolini, Florent Hu, Léonard Bourgeois-Tacquet

Administration & production : Collectif Pampa - Loyse Delhomme et Chloé Signès

Crédit photo : Chloé Signès

44-portfolio scène.jpg

RÉSUMÉ

 

Occupe-toi du bébé part d’un fait divers pour explorer les mécanismes de la fiction-réalité. Dennis Kelly invite sur scène Donna, jugée irresponsable d’un double infanticide et relaxée ; Lynn, la mère de Donna, candidate aux élections locales ; le Dr Millard qui espère voir reconnu le syndrome de Leeman-Ketley (désordre psychiatrique rare qui affecte principalement de jeunes mères d’enfants en bas âge: une mère aimante tout à fait normale est amenée à faire subir des actes de cruauté à son propre enfant, allant jusqu’à entraîner, dans les cas les plus extrêmes, la mort du bébé ) chez Donna ; Martin, le mari de Donna, qui refuse de parler et menace Kelly de poursuites judiciaires ; un reporter accro au sexe... Certains témoins se souviennent en public, d’autres ont écrit ou accepté d’être filmés. Chacun parle à la lueur de sa propre perception et de ses intérêts. Témoignages réels ou fiction ? Peu importe la vérité, c’est l’aptitude de chacun à présenter les faits qui prime sur une objectivité impossible. 

NOTE D'INTENTION

Traversés par des flux d’informations en continu et le passage éclair d’une actualité à l’autre, il y a dans nos interactions sociales une injonction à la réaction immédiate. Nous sommes sommés de prendre parti sur telle polémique, telle affaire politique, tel fait divers. On nous presse d’avoir un avis sur la question, une version des faits.. Alors nous nous jugeons les uns les autres. Soit. Mais ce qui devient problématique, c’est quand intervient la condamnation, la recherche d’un châtiment, la persuasion de détenir la vérité sur cet événement et d’en faire la propagande. Nous qui ne sommes ni juges ni enquêteurs, n’avons principalement que notre intuition pour fonder notre jugement. Cette intuition, on le sait, aussi valable qu’elle puisse être, reste une intuition.