278756264_399929885015520_2073433042291293872_n-1.jpg
279595803_1679713095736366_3104681359403397359_n.jpg

JEUNE

PUBLIC

Durée : 1h

Texte : Caroline Arrouas - une adaptation d'après le conte des Frères Grimm et du livret d'Adelheid Wette de l'opéra Hänsel und Gretel

Adaptation & Mise en scène : Caroline Arrouas

 

Avec : Léonard Bourgeois-Tacquet, Valentine Catzéflis, Basile Lacoeuilhe, Marion Lambert

Administration & production : Collectif Pampa - Loyse Delhomme et Chloé Signès

03-portfolio scène.jpg
48-portfolio scène.jpg
49-portfolio scène.jpg
04-portfolio scène.jpg
02-portfolio scène.jpg

RÉSUMÉ

 

Hansel et Gretel c’est avant tout le récit initiatique d’un frère et une soeur livrés à eux-mêmes, et qui tentent de survivre dans un monde hostile. Loin d’oublier leur misère, ils tentent de trouver en eux, les ressources pour y faire face, et rester maîtres de leurs choix. Leurs jeux, leurs fantaisies et leurs rêveries communes seront leur plus grande arme de révolte contre la misère et la violence dont ils sont victimes. C’est donc par la fiction que nos deux héros trouveront une échappée.

NOTE D'INTENTION

Tout au long de la fable, les enfants abordent le réel par le biais du jeu. Grâce à lui ils échappent au contraignant travail imposé par leur mère puis inventent un univers magique dans la forêt, et enfin jouent la maladresse et la bêtise pour mieux piéger la sorcière afin de survivre. C’est le recours au jeu qui leur donne un horizon, un espoir, une force dont ils ignorent peut-être la portée. En d’autres mots ce n’est pas avec l’adversité mais à travers elle qu’ils inventent des mondes, en grelottant et en chantant. C’est ainsi qu’Hansel et Gretel s’emparent du réel, et c’est ce choix du jeu que nous voulons raconter avec les outils du théâtre. Si les personnages avancent ainsi de jeu en jeu, les spectateurs aussi. Le théâtre opérera à l’endroit de l’immersion, le but étant que le spectateur, qui pourtant connaît le conte, ne soit pas en avance sur les personnages, mais vive leurs péripéties avec les mêmes incertitudes. Pour trouver le rapport au magique et au merveilleux, à la manière dont l’exprimait Cervantes : Faut-il le croire pour le voir ou le voir pour le croire ?

Crédit photo : Chloé Signès